Espagne : vers un plan global de sauvetage par l’UE ?

Espagne : vers un plan global en septembre ?

 

L’aide programmée aux banques espagnoles, donc au secteur privé, en juillet 2012 (jusqu’à 100 milliards d’euros, voir l’article du 20 juillet sur ce blog) ne suffirait pas. La situation économique de ce pays ne cesse de se détériorer. L’Espagne s’enfonce dans la crise, en témoigne la montée des taux d’intérêt auxquels l’Etat espagnol doit emprunter (7.5 % à 10 ans le 23 juillet) et qui deviennent insoutenables. Les régions autonomes appellent, elles aussi à l’aide le pouvoir central (Catalogne, région de Valence…). Ainsi, la Catalogne a une dette de 42 milliards d’euros (21% de son PIB) et un budget en déficit de près de 4% de son PIB en 2011. Elle se dit au bord de la faillite et réclame 5 milliards d’aide à l’Etat central (fin août 2012). Or le déficit de l’Etat reste élevé, la dette s’accroît automatiquement puisqu’il faut emprunter pour le couvrir et rembourser les dettes du passé. De plus la récession (croissance négative du PIB) ralentit les rentrées fiscales. Au total, la dette publique (Etat central et régions) atteint 775 milliards d’euros, soit 72% du PIB. On peut ajouter les dettes privées pour avoir une idée de l’ampleur du problème : 228 milliards pour les banques, 870 milliards pour les ménages, 1418 milliards pour les entreprises, soit 2516 milliards d’euros ou plus du double du PIB (voir l’article du 20 juin sur ce blog sur la crise immobilière en Espagne, comme origine de la crise financière dans ce pays). Dettes publiques et privées ajoutées atteignent 3 fois le montant du PIB, même si ce n’est pas totalement comparable, d’autant qu’il faudrait connaître la part de cet endettement qui dépend de l’extérieur (source de ces derniers chiffres : L’Express du 1er août 2012). Les marchés perdent confiance (les taux montent, les Bourses plongent à Madrid, Milan…début août). En effet l’Espagne (comme l’Italie) est trop endettée. Elle ne peut plus emprunter sur les marchés, sauf à des taux très élevés, ce qui l’étrangle.

Que faire ?

–         Accentuer la rigueur budgétaire (nouvelle baisse des dépenses publiques, nouvelle hausse des recettes fiscales) ? mais les espagnols, comme les grecs, doivent déjà supporter des mesures d’austérité draconiennes et le chômage ne cesse de grimper…Il y a un risque de cercle vicieux, l’austérité budgétaire nourrissant la faiblesse de la demande intérieure donc de la production (récession) et aggravant le chômage.

–         obtenir une aide du fonds de secours européen (FESF puis MES), donc de l’Union Européenne ? Pour cela il faut que le gouvernement en face la demande. De plus, cette aide pourrait être couplée avec celle de la BCE (voir ci-dessous).

–         obtenir une aide de la BCE ? C‘est tout l’enjeu d’un plan global à mettre en œuvre. Mais il faut aussi que le gouvernement espagnol en fasse la demande et que les pays membres de l’UE se mettent d’accord sur les modalités d’un tel plan. C’est l’objet d’un débat ardu entre les pays membres, l’Allemagne et la Finlande étant réticentes au nom de « l’aléa moral » (les pays aidés au nom de la solidarité « ne feront pas d’efforts » pour se redresser, et la création de monnaie par la BCE pourrait engendrer de l’inflation).

–         rééchelonner une partie de la dette (comme pour la Grèce) ?

–         négocier une échéance plus lointaine que 2014 pour un retour à la règle des 3% de déficit (8,9 % en 2011, objectif de 6,3% jugé intenable pour fin 2012) ?

En quoi consisterait un plan global de l’UE pour l’Espagne ?

Il s’agirait pour l’UE de venir en aide à l’Etat espagnol, comme pour la Grèce, l’Irlande ou le Portugal par exemple, et non plus seulement aux banques privées. Mais y aurait-il des contreparties (rigueur, réformes) demandées à l’Espagne ? Le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) puis son remplaçant, le MES (Mécanisme Européen de Stabilité) pourrait intervenir, mais aussi la Banque Centrale Européenne (BCE).

Comment ce plan serait-il mis en oeuvre ?

Puisque la BCE n’a pas le droit de prêter directement aux Etats, il faudrait trouver un subterfuge, comme l’été et en décembre 2011. Le BCE pourrait par exemple, reprendre ses achats de titres de l’Etat espagnol sur le marché secondaire (où ils sont revendus par les créanciers qui perdent confiance).

D’autre part, le FESF (donc l’UE) (en attendant le MES) pourrait acheter directement des titres nouvellement émis (donc des obligations nouvelles) sur le marché primaire par l’Etat espagnol. Cela reviendrait, pour l’UE, à prêter des liquidités à l’Etat espagnol, en lui évitant d’avoir recours au marché et à des taux élevés. L’opération pourrait aussi viser à aider l’Italie de la même façon.

Mais d’où viendrait l’argent du MES ?

Au lieu d’utiliser les fonds prévus (500 milliards d’euros ou d’emprunter sur les marchés, l’idée serait que la BCE prête des liquidités au MES qui les reprèterait à l’Etat espagnol, à moindre coût. Une façon détournée pour la BCE d’agir, mais qui reviendrait quand même à être inflationniste, selon les allemands, puisque la BCE devrait créer de la monnaie pour financer ces achats (idée qu’ils refusent). Pour cela, il faudrait aussi que le futur MES obtienne une licence bancaire.

Pour l’instant, l’Allemagne n’est pas prête à épauler un tel plan d’autant que son triple A  est menacé par l’agence de notation Moody’s. Mais l’Espagne n’a toujours rien demandé officiellement. La réunion de la BCE jeudi 2 août n’a rien apporté de nouveau. Celle-ci se déclare prête à intervenir si…le gouvernement espagnol en fait la demande. De plus, la licence bancaire ne serait pas accordée au MES (cf Le Monde, 28 puis 29-30 juillet 2012). La prochaine réunion de la BCE le 6 septembre devrait permettre de dévoiler les modalités du programme d’action de la BCE : comment concrètement venir en aide aux Etats en difficulté, alors que ses statuts le lui interdisent et tout cela sans exiger de contreparties trop douloureuses pour ces Etats?

Jseco22 le 30 août 2012.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s